";
2011
01
Août

PAGE BLANCHE

La page blanche.
Pour n'importe quel projet on en passe par là. On fait une liste, un croquis, on écrit en vrac tout ce qui nous passe par la tête et on trie après… Mais parfois on s'assoit et on regarde la page blanche posée devant soi et on commence à cogiter. C'est là que ça peut tourner au cauchemar.
Heureusement pour moi, j'ai participé à différents ateliers d'écriture de Jérôme "Ignatus" Rousseau et j'ai appris une chose essentielle : pour écrire, il faut écrire. C'est ma devise du jour, et ça marche pour tout en plus (pour chanter il faut chanter, pour forger il faut forger, tous les bons forgerons savent ça).
Donc pas la peine d'invoquer les muses, de sortir les amulettes vaudous, d'accuser le stylo ou la texture du papier, pas de jugement négatif envers moi-même, pas d'auto-censure, pas de faux prétexte pour faire autre chose : je m'assois à mon bureau et j'écris et puis c'est tout. Et s'il y a deux phrases à garder dans tout ce que je produis, ce sera déjà ça.
Un bout de "gaze" trouvé à Saint-Pern pour le châle et la Vilaine à l'heure du goûter.